mercredi 27 janvier 2010

79% pour un casier judiciaire vierge aux élections

Quelles mesures pour rétablir la confiance en nos élus?
du 20 au 27 janvier
Les participants pouvaient cocher plusieurs réponses
Nombre de votants: 214
Les 15 propositions ont toutes reçu un avis majoritairement favorable (par 60 à 81% des votants)
Le pourcentage de personnes favorables est indiqué entre parenthèses.

1. Le nombre des représentants doit être réduit (81%)
2. Les candidats doivent avoir un casier judiciaire vierge (79%)
3. Les indemnités de chômage des ministres et des membres de leur cabinet doivent être supprimées (78%)
3 ex æquo. En cas de changement de camp, un élu doit remettre son mandat en jeu (78%)
5. Interdiction pour les élus d'engager des membres de leur famille (73%)
6. Les indemnités des élus doivent être réduites (72%)
7. Les élus condamnés en première instance doivent avoir leur mandat suspendu en attendant la décision finale de la justice (69%)
8. Le nombre des ministres doit être réduit (28%)
9. Possibilité pour les électeurs de rayer des noms sur les listes électorales (66%)
10. Les voitures de fonction pour les élus doivent soit être supprimées soit être de petites voitures, genre Twingo, sans chauffeur (64%)
11. Les logements de fonction pour les élus doivent être supprimés (63%)
12. Le personnel de chaque ministère doit être réduit. Maximum: 2 chargés de mission (62%)
12 ex æquo. Le gouvernement doit publier dans les medias l'état d'avancement de chaque projet prévu dans son programme (62%)
14. Les ministres doivent être qualifiés/diplômés pour leur ministère (61%)
15. Programme: les candidats doivent présenter des projets concrets, chiffrés, avec des dates d'achèvement (60%)

---------------------------------------------------------

Non aux girouettes

Quelle est la mesure PRIORITAIRE pour ramener la confiance?
du 20 au 27 janvier
Les participants ne pouvaient cocher qu'une seule réponse
Nombre de votants: 183

1. En cas de changement de camps, un élu doit remettre son mandat en jeu (23%)
2. Possibilité pour les électeurs de rayer des noms sur les listes électorales (19%)
3. Diminuer les indemnités et autres avantages des élus, ministres, président, etc. (16%)
4. Les candidats et les élus ne doivent pas avoir été condamnés (13%)
5. Programmes concrets et chiffrés, publication de l'avancement des projets (9%)
6. Les ministres doivent être qualifiés/diplômés pour leur ministère (8%)
7. Diminuer le nombre de conseillers, ministres et personnels des ministères (5%)
8. Interdiction pour les élus d'engager des membres de leur famille (3%)

3 commentaires:

Phil a dit…

78% veulent que les indemnités de chômage des ministres et des membres de leur cabinet soient supprimées; et 72% que les indemnités des élus soient réduites.

Voici des chiffres d'indemnités et avantages de nos conseillers à l'Assemblée et des membres du gouvernement.

Chiffres de 2001 ont été publiés dans le n° 124 de Tahiti Pacifique, en août 2001.
Note: les indemnités de 2001 étaient calculées sur un indice qui était de 918 Fcfp. Aujourd'hui, il est de 995 Fcfp, soit une augmentation de 8,3%. Nous n'avons pas les chiffres actuels. Ces chiffres sont donnés à titre indicatif, juste pour se faire une idée.

En 2005 Oscar Temaru a baissé le salaire des ministres de 15%. Mais aucunes des indemnités, ni frais de voyage.

LES CONSEILLERS

- Indemnités des conseillers: 829.517 Fcfp par mois
- President de l'A.T.: 1 044 517 Fcfp, dont prime de représentation (vêtements) 215.000 Fcfp par mois.
- Président de la commission permanente: 925.517 Fcfp par mois
- Prime supplémentaire pour les conseillers des îles : 74.618 Fcfp par mois

Pour participer aux séances, tous les billets d'avion ou de bateau des conseillers des îles sont remboursés.

L'installation, l'entretien, l'abonnement et les taxes des télécommunications sont prises en charge par le budget de l'assemblée territoriale.

Sont remboursés les « frais de repas ou de buffet pris lors des séances de l'assemblée de la Polynésie française, de la commission permanente et des commissions intérieures ; de repas organisé dans le cadre d'un séminaire ou d'une séance de travail entre ou comprenant les membres de l'assemblée de la Polynésie française, le personnel et ou des personnes extérieures. »

COMPARONS

Comparons ces indemnités avec celles de leurs homologues métropolitains :
- un conseiller de Conseil de région en France (pour l'Etat, l'assemblée territorial est l'équivalent) touchait en 2001 une indemnité brute équivalente à 166 892 Fcfp lorsque la région comporte moins d'un million d'habitants.

Le conseiller de Polynésie française encaisse donc presque 5 fois le salaire de son homologue de métropole.

LES MINISTRES

En 2001, la rémunération brute du ministre était de 950 667 Fcfp.

Lorsqu'ils sont en mission à l'extérieur de la Polynésie française, les membres du gouvernement perçoivent, par jour de déplacement et pendant toute la durée de leur mission, une indemnité journalière égale à 36 720 Fcfp de frais de voyage par jour.
Lorsqu'ils sont en mission à l'intérieur de la Polynésie française, c'est 29 376 Fcfp par jour.

LE PRESIDENT

Le président touche la même solde de base que les ministres, plus 300.000 Fcfp de frais de représentation.

A quoi il faut rajouter les "avantages" : voitures avec chauffeur, voyages en avion en 1ère classe, frais de bouche et personnels de maison (lire plus bas). Un directeur de cabinet, directeur adjoint, chef de cabinet, des conseillers spéciaux, des conseillers techniques, des chargés de mission, des attachés de cabinet, des plantons etc., etc.

Les frais d'installation, d'entretien, d'abonnement ainsi que des taxes de communication des lignes téléphoniques installées dans ses résidences secondaires sont prises en charge par le budget du territoire.

L'effectif des personnels affectés à l'entretien de la résidence privée du Président du Gouvernement et aux fonctions de réception (maître d'hôtel, cuisinier, agent de service) est de six personnes (équivalent plein temps).

COMPARONS

- Président de la République : l'équivalent de 753 664 Fcfp, plus tous les frais et avantages.
- Premier-ministre : l'équivalent de 1.121.287 Fcfp par mois, plus tous les frais et avantages.

Source: Tahiti-Pacifique magazine, n° 124, août 2001

Phil a dit…

Voici un message que nous a envoyé une internaute par email le 26 janvier.

De: Ondine
Objet: Ces îles ont su vivre sans la corruption

Message: Ces îles tropicales ont connu des temps calmes, sans corruption, où il faisait bon vivre, en bonne intelligence, les uns et les autres, toute ethnie confondue ( je témoigne).
Donc, pourquoi ne pas faire l'effort de se débarrasser de la corruption qui empoisonne les relations sur ces petites îles où tout se sait en 1/4 d'heure de temps, et où il serait bien plus bénéfique pour tous, de se retrousser les manches pour accueillir les touristes qui voudraient bien venir, dans des lieux pacifiés, et non pas dans des lieux au risque de se faire arnaquer, voler, violer, etc...
Le rêve s'est brisé , toutefois, avec du travail intelligent, tout peut se reconstruire.

Anonyme a dit…

salut phil

une suggestion de référendum:

etes vous pour ou contre retourner aux urnes avant la fin de l'année ?

je pense que ce serait une suite assez logique à ce sujet
@+
thierry

Enregistrer un commentaire