mercredi 3 février 2010

La loi sur l'indemnisation des victimes des essais nucléaires est-elle satisfaisante?

La loi sur l'indemnisation des victimes des essais nucléaires ne fait pas l'unanimité.
Si les groupes UMP et Nouveau centre ont voté pour. La gauche démocrate (GDR, PC et Verts) a voté contre. Les socialistes eux,  se sont abstenus en précisant : "C'est une loi d'indemnisation à minima".

Le fait qu'un ministre de la Défense français reconnaisse que les essais nucléaires ont des conséquences sur la santé est certainement une avancée car, jusqu'à novembre 2008, la thèse officielle française était celle des «essais propres».

Toutefois les associations de soutien aux vétérans des essais nucléaires affirment que la liste des maladies radio-induites devrait être élargie, ainsi que les zones reconnues comme contaminées.



L'association Moruroa E Tatou affirme: "les associations avaient exigé au minimum une liste de 20 pathologies, dont tous les cancers du système sanguin (lymphome et myélome compris).

Commentaire de l'AVEN (Associations de Vétérans des Essais Nucléaires): Il ne nous échappe pas que les 18 pathologies retenues font parties de la liste UNSCEAR, mais on est encore loin du compte; en effet cette dernière en comprend 34 dont les maladies cardio-vasculaires, exclues de la loi ‘Morin’.
Il ne nous échappe pas non plus que pour être indemnisé le vétéran demandeur ne devra jamais avoir fumé, ce qui sous entend qu’il n’est pas fait usage de sa dotation de cigarettes ‘troupes’ délivrées avec sa solde de l’époque et qu’il est séjourné dans les endroits précis définis dans les zones fixées par décret.

Et vous, considérez-vous que la loi Morin est:
- plutôt satisfaisante ?
- plutôt insatisfaisante ?

1 commentaires:

Phil a dit…

Vient de paraître : Victimes des essais nucléaires, histoire d’un combat

Avec "Victimes des essais nucléaires : histoire d’un combat ", Bruno Barillot raconte comment, dans le milieu des années 80 s'est constitué un réseau de militants, de chercheurs, de médecins, de journalistes, d’hommes d’Église, de parlementaires, de gouvernements, de juristes…décidés à contraindre le gouvernement français à reconnaître les conséquences de ses essais nucléaires.

La disparition des abeilles, sur l'île de Rapa (Australes) en 1967, le lait contaminé des vaches du plateau de Taravao, à la Presqu'île dans les années 70, ou encore ces bestiaux morts aux Marquises, dans les mêmes années et que la population n'avait pas le droit de toucher, même pour les enterrer...

"Alors que la Loi Morin ne détermine que certains endroits comme ayant pu subir une radioactivité artificielle, nous avons la preuve que c'est bien toute la Polynésie qui a été touchée...", constate encore l'historien de ce combat "pour la Vérité et la Justice".

Source: Tahiti Presse

Enregistrer un commentaire