mardi 9 mars 2010

Le ministre Teriipaia doit-il faire des excuses aux hôteliers?

"Vous n'êtes que de passage!" a jeté notre ministre de la culture, Mita Teriipaia, à la figure des hôteliers de Bora Bora lors qu'une réunion gouvernementale ce samedi. La phrase jugée blessante, voire xénophobe, en a choqué plus d'un. On n'a entendu aucune excuse publique du ministre.

Les hôteliers de Bora Bora lourdement touchés par le cyclone Oli doivent remettre en état les toitures de leurs bungalows. Pandanus obligatoire dit la loi. Or en ce moment, il y a pénurie donc les prix montent. Les hôteliers ont demandé l'autorisation d'utiliser d'autres matériaux pour les toitures. C'est alors que le ministre a répondu: "Vous n'êtes que de passage. Ici, c'est nous qui commandons".

Le ministre du tourisme Steeve Hamblin a précisé: "Il a parlé en son nom, pas au nom du gouvernement." Mita Teriipaia n'aurait, à ce jour, pas fait d'excuses publiques.

Est-ce que vous approuvez ou désapprouvez le comportement du ministre Teriipaia?
D'après vous, cette affaire devrait en rester là? le ministre devrait faire des excuses publiques? il devrait être renvoyé du gouvernement?...
Votez en bas de page!

P.S. On apprend dans la Dépêche en ligne d'aujourd'hui (9 mars) que les paroles du ministre de la culture sont encore plus racistes que celles cités plus haut. Il aurait dit à l'hôtelier: “T’es qui, toi ? Qu’est-ce que tu fous là ? Quand est-ce que vous partez ? Le pandanus, c’est nous qui l’avons décidé. C’est comme ça.” Et autres amabilités. On apprend en outre que Teriipaia "a hérité il y a peu de l’entreprise familiale productrice de pandanus, à Anau, société qui alimente Bora Bora massivement."

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour. Votre phrase "Vous n'êtes que de passage!" semble bien édulcorée.

Dans la Depeche d'aujourd'hui:
C'était plutot du genre:
"t 'es qui toi pour parler ? Rentre chez toi ? etc.;" Bref le genre de trucs que certains guguss racistes sortent quand ils ont pas d'argument.

Phil a dit…

Jusqu'à présent c'étaient les paroles rapportées par la presse... effectivement bien en-dessous de la vérité!
Je viens d'ajouter un Post Scriptum à mon billet.

Phil a dit…

Si GTS ne vire pas ce type...
- Commentaire lu sur ladepeche.pf:
C'est marrant quand ils vont lécher les bottes à Paris pour avoir du fric, c'est pas du tout le même language.

Quand je pense que la semaine dernière, GTS a été aux E.U. pour vendre 14 hotels, et ben, ils vont être content les investisseurs américains quant ils vont voir comment sont traité les hoteliers étrangers, c'est sûr qu'ils vont acheter.

Même Temaru avait des ministres un peu plus intelligents.
Si GTS ne vire pas ce type, alors il faut virer GTS.

Anonyme a dit…

Pour compléter ma réponse au sondage, je dirais: que le ministre s'excuse ou pas, il doit être renvoyé du gouvernement.
Qu'il ait ces pensées est une chose, qu'il les dise en privé en est une autre, qu'il les dise en public est grave. (ya pas si longtemps, rappelons que les propos anti chinois ont été condamnés; y aurait il 2 poids 2 mesures?)
Heikuranui

(PS: bien, bien, le site de Tahiti referendum, keep going)

Anonyme a dit…

Donc, pour vous, tout ce qui est publié dans la Dépêche est vrai ?!
Ehbé... où est donc passé votre sens critique ? Attendons voir la version de l'accusé avant de le condamner au pilori, s'il vous plait.

Phil a dit…

Aucune idée!
On se souvient de la phrase que le ministre Teriipaia avait prononcée le jour de sa nomination: “Je ne vais pas vous cacher que je n’ai aucune idée pour le moment.”

Apparemment ça n'a pas beaucoup évolué!

Jean mi a dit…

Ce serait le minimum, car le pire de l'histoire, peut être, c'est qu'il y a déjà délais et difficultés pour s'approvisionner en temps normal, donc après le passage de dépressions, il est évident que personne ne peut fournir, et les toitures resterons sinistrées des mois, recouvertes de jolies bâches bleues! A plus ou moins brève échéance, je pense même que les hôteliers, qui sont encore en polynésie le principal utilisateur de couverture végétale locale se lasserons de ces caprices du marché ( et maintenant des non réponses insultantes de pseudos ministres) et se tourneront vers d'autres styles de couverture, Le Polynésien aura encore gagné le droit de se la serrer!

Nic a dit…

Excuses ou pas, le minimum serait :
Un renvoi immédiat.
Une condamnation pour propos raciste.

le naif a dit…

quel silence assourdissant de la part de ses voisins de table : Fritsh, Hamblin, Rosfritch. S'ils ne disent rien c'est qu'ils sont solidaires ! Ou alorst ils peur de se priver d'un collègue d'une telle valeur ?

Pahua Fenua a dit…

Nic a raison, en tant qu'Homme il devrait s'excuser, mais bon faut avoir des c.... pour ça.
En tant que mini-stre il devrait démissionner, et s'il n'en n'a pas les c......, GTS devrait le renvoyer.

Anonyme a dit…

Le ministre a dit ça? mais non!! que des blagues!
Rappelons nous qu'il était fonctionnaire d'état, et, conseiller pédagogique!!!!
Qui serait assez fou pour dire des choses comme ça, lorsqu'il est payé par des "étrangers" (entendez non-polynésiens)?
Qui serait assez fou pour dire de telles choses dans une Polynésie multiculturelle?
Qui serait assez fou pour nommer un homme comme ça "conseiller pédagogique dans l'éducation"!
Qui serait assez fou pour dire de telles choses, ou ne serait-ce s'emporter de cette façon, lorsque l'avenir de quelques centaines de familles (travaillant dans le tourisme) sont en jeu?
Non, véritablement, vous pouvez croire le président, c'est une autre personne qui a dit de telles choses...(interview de GTS aujourd'hui sur le site lesnouvelles.pf) mais pas le ministre de la culture...
Et puis, à quand le diplôme qui nous donne le droit de réclamer la valorisation des acquis de nos parents??
En effet, le président à dit "Est-ce que c’est un bon ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Patrimoine ? En tout cas, il en a les capacités. Son père a été un pilier de la vie traditionnelle de l’île."
Espérons que le président avait, lui aussi, un père président!!
Et puis, arrêtons de mal interpréter les propos du ministre (propos de ce dernier sur tahitipresse.pf) il a raison, quand les hoteliers se seront tous barrés (on devine pas pourquoi....) les Polynésiens seront toujours là, sans un sous, sauf que lui, il aura sa retraite payée par l'état!
Vive la Polynésie française!
Vive les étrangers!

Enregistrer un commentaire