vendredi 12 mars 2010

Pour ou contre l'allocation de chômage et l'impôt sur le revenu ?

L'étude sur la pauvreté en Polynésie dit que l'augmentation des prestations familiales (allocations, RMI*, chômage?) et la mise en place de l'impôt sur le revenu en Polynésie réduiraient les inégalités sociales.
"Si les inégalités sont aussi élevées", explique le rapport, "c'est en grande partie en raison de l'absence des mécanismes compensatoires ou redistributifs opérant à travers les prestations familiales et la fiscalité directe sur les revenus."

*RMI: Le Revenu Minimum d'Insertion (RMI) est une prestation  en espèces  destinée aux personnes âgées d'au moins 25 ans ou qui ont la charge  d'un ou de plusieurs enfants et dont le revenu est inférieur à un certain plafond.

Etes-vous favorable ou non à la mise en place des allocations de RMI* et de chômage, et de l'impôt sur le revenu en Polynésie?

Votez en bas de page.

10 commentaires:

Phil a dit…

Reduire le nombre de fonctionnaze
- lu sur tahititomorrow.com:
De mon point de vue il est nul de creer de nouveau prelevements ou de les repartir differelment:il faut commencer par reduire le nombre de fonctionnaze
fermer les SEM et les commissions machins chose, suprimer les missions par centaines dans les iles et a l etranger
Commentaire de jeandavid (extrait)

Phil a dit…

Je rappelle qu’il existe la CST !
- lu sur tahititomorrow.com:
Que ceux qui gagnent moins de 150 000 fcp ne la paient pas et que le taux progressif atteint 5 % pour les plus riches: revenu sup. à 700 000 FCP
c’est en quelque sorte un impôt sur le revenu !
C’est donc peut etre pas la peine d’en rajouter un autre!
y a qu’a ajuster l’ étau (les taux !)
Commentaire de Bill

Moana iti a dit…

CONTRE !

Phil a dit…

Le foncier non bâti n’est pas soumis à l’impôt en PF, il n’est pas pris en compte pour l’attribution des aides sociales, si il ne donne pas lieu à des revenus déclarés.
C’est un sujet très sensible et rarement évoqué.
Moi ça me choque assez de considérer comme relevant de la solidarité quelqu’un qui possède 200 hectares de terre. A mes yeux ce n’est pas un pauvre.
On m’a déjà répondu, que la terre était sacrée pour le Polynésien, je veux bien le croire mais je pense que c’est le cas partout et que pas un seul individu sur cette planète n’envisage avec joie de se défaire de son patrimoine foncier et espère de la transmettre à sa descendance.
J’imagine aussi qu’une fiscalisation des terres non bâties, non cultivées donnerait lieu à des transactions plus nombreuses, donc des nouveaux projets, de nouvelles opportunités pour l’habitat, pour l’industrie, d’un façon générale cela pourrait donner une impulsion favorable au développement.
Extrait d'un commentaire d'Alain Menard sur tahititomorrow.com

Phil a dit…

Tout à fait d’accord avec toi Ménard. Mais c’est l’indivis qui pose problème. Il doit bien y avoir des solutions de sortir de cet indivis qui est la cause de plein de situations abusurdes où personne ne peut utiliser les terrains en question car dès qu’un membre de la famille essaie tous les autres lui tombent dessus par jalousie! mais j’ai pas l’impression qu’il y ait une volonté politique de mettre bon ordre dans ce sac de crabes…

Anonyme a dit…

La question n'est pas si simple que pour ou contre. Il y a effectivement des grand propriétaires qui ne devraient pas relever de la solidarité mais il y a aussi des travailleurs pauvres (salariés ou patentés) et des personnes qui sans emploi n'ont pas de quoi payer le minimum vital (manger, loyer, électricité). Il est clair aussi que l'exemple des DOM fait peur avec 36% de RMIstes qui ne cherchent pas forcément un emploi. Ici au moins les personnes privées de revenus salariés essayent d'autres sources de revenus légales (ventes de gateaux par exemple) ou pas (trafics ou prostitution). Il pourrait être envisagé un droit à une activité rémunérée (travaux d'intérêt général, formation professionnelle) qui permettrait aux personnes privées d'emploi de de bénéficier d'un revenu minimum pour payer le vital sans tomber dans l'oisiveté. Pour le financement d'une telle mesure....c'est un autre débat. En tout cas les prélèvements obligatoires ne doivent plus augmenter. Une autre répartition peut être... et surtout une chasse sans merci aux fraudeurs de tout poil.

Anonyme a dit…

Le contribuable français paye chaque année son impôt sur le revenu à l'Etat français...chaque année l'Etat français transfère une partie de cet impôt à la Polynésie française...c'est normal c'est la solidarité nationale, le plus riche aide le plus pauvre à se développer...on retrouve les mêmes mécanismes au niveau de la Communauté européenne...
...mais en Polynésie les plus riches trouvent que tout cela c'est de la foutaise et que les plus pauvres devraient arreter de se plaindre et d'être joyeux de vivre dans le plus beau pays du monde...non mais alors...

Anonyme a dit…

Si "le revenu" c'est Flosse, je suis pour :
Ça permettra de renflouer tout le pays.

Si c'est ajouter - encore - de nouvelles taxes pour payer les hôtels garnis des voyages de ceux qui nous mènent au désastre en jouant avec les affaires des autres sans savoir réellement quoi faire d'utile, c'est non.

Anonyme a dit…

je suis contre l'allocation chômage: je suis sans emploi mais je trouve des petits jobs pour pouvoir mes factures et le tamaa ts les jours en espérant avoir un CDI. ce qui m'énerve c'est d'entendre les gens qui ne travailles même ceux qui ont CDI me dire qu'ils ont hâte que cette allocation chômage soit mise en place pour ne plus travailler. C SUR QU'IL Y AURA PLUS DE FAINÉANTS ET D'ASSISTANATS

Anonyme a dit…

impôt sur le revenu: suis d'accord mais calculer au pourcentage sur le salaire mais plus pour les plus riches et pas d'accord pour ceux qui ont moins de 200000f

Enregistrer un commentaire