lundi 19 avril 2010

97% disent qu'ils ne voteront pas pour un condamné

- 97% disent qu'ils ne voteront pas pour une liste s'il y a un condamné dedans
- 77% s'y engagent
- 3% ne sont pas d'accord pour élimer les condamnés des listes

Résultats du sondage entre le 11 et le 17 avril 2010, sur 116 votants.

Tout le monde s'accorde à dire que changer la loi électorale ne suffira pas à ramener la stabilité politique. Il faut que les politiques changent de comportement. Mais en campagne, on sait qu'ils feront des promesses au sujet de leur comportement, promesses qu'ils piétineront sans état d'âme après l'élection.
Pourquoi alors, les citoyens les remettent-ils à chaque fois au pouvoir? C'est qu'une grande partie des Polynésiens votent de façon "clanique". Tel clan, telle quartier, telle famille, suit les recommandations de vote d'un ancien, d'un metua. Si le metua dit de voter pour untel, la majorité du clan votera pour ce candidat même si individuellement les membres de ce clan savent que ce candidat ne tiendra pas ses promesses.
Toutefois le mécontentement de la rue parvient aux oreilles des politiques qui finiront par changer leur comportement, ne serait-ce que pour gagner des voix... Quand? Lorsque les citoyens sauront faire respecter leurs exigences d'efficacité et de probité.

2 commentaires:

Phil a dit…

Lu dans le Nouvelles:
L’article L7 du Code électoral prévoit que les élus condamnés notamment pour détournement de fonds publics ne peuvent être inscrits sur les listes électorales pendant cinq ans. Or être inscrit sur les listes est obligatoire pour être éligible et exercer un mandat électif. Gaston Flosse est pour l’instant éligible puisque son avocat s’est pourvu en cassation. Mais si la peine était confirmée par la Cour de cassation, Gaston Flosse serait condamné à un an d’inéligibilité et aussi à la peine d’inéligibilité de cinq ans, peine automatique prévue par le Code électoral.
Réponse le 5 mai.

Phil a dit…

20 condamnés ou mis en examen...
Selon Julien Gué*, "entre les 57 représentants à l’Assemblée du Pays et les membres du gouvernement actuel, on ne compte pas moins d’une vingtaine de personnes soit déjà condamnées, soit mises en examen dans différentes affaires politico-financières !"
"Aujourd’hui, toute la classe politique en place en Polynésie a été formée par Gaston Flosse. Que ce soient les membres de son parti, ses alliés ou ses opposants, ils n’ont connu d’autre modèle que lui."
*Julien Gué est journaliste freelance pour la rubrique Océanie du site suite101.fr

Enregistrer un commentaire