vendredi 29 avril 2011

Du moni, Paris en prêtera si Temaru coupe dans le gras


Oscar est parti taparu* du moni à Paris pour payer les fonctionnaires. Paris a dit d'accord mais faut d'abord dégraisser le mammouth. Pour l'essentiel, il s'agit de la suppression des satellites inutiles mis en place pour distribuer des sucettes (postes de fonctionnaires) aux copains et fetii.

L’AFD conditionne le versement du prêt de 41,9 millions d’euros sollicité par le gouvernement Temaru, aux exigences suivantes :

Pour le déblocage d’une 1ère tranche de 25 millions d’euros (2,98 milliards de FCFP) :

o    Geler les effectifs de la fonction publique,

o    Réduire le nombre de ministre ainsi que le nombre de collaborateurs,

o    Réaffecter au budget général l’intégralité des taxes affectées aux établissements,

o    Mise en vente d’un certain nombre d’actifs estimés (par le rapport Bolliet) non essentiels : l’hôtel à Auckland, l’avion présidentiel, les bateaux de la flottille administrative et l’immeuble du boulevard Saint-Germain.


Pour le déblocage de la 2ème tranche de 16,9 millions d’euros (2,02 milliards de FCFP) :

o    Un plan de suppression d’établissements publics et de GIE voté par l’Assemblée de Polynésie française (cf. Rapport Bolliet – Tome 2 – page 12) :

-      TNTV
-      ATP (Agence Tahitienne de Presse)
-      EPIC Vanille
-      EPIC Maison de la Perle
-      SEM S3P (Société du Port de Pêche de Papeete)
-      GIE Tahiti Tourisme
-      EPIC EAD (Etablissement pour l’Aménagement et le Développement)
-      Etablissement EGAT (Etablissement de gestion et d’aménagement de Teva)
-      EPIC EPAP (suppression effective au 1er décembre 2010)
-      EPIC FDA (Fonds de développement des archipels)
-      EPA Fare Tama HAU
-      SEM SAGEP (Société d’aménagement et de gestion de Polynésie)

Source: Entretien accordé par M. François GIOVALUCCHI, actuel directeur de l’Agence Française de Développement (AFD), au quotidien Les Nouvelles de Tahiti (édition du 26 avril 2011).

* taparu du moni: quémander de l'argent

2 commentaires:

Phil a dit…

Substance a dit: Que vont faire tous les fonctionnaires et assimilés des satellites? Ils vont devoir venir avec nous en bas? voir ce que c’est de ne pas savoir si on pourra acheter à manger ce soir?

wakrap a répondu: Eh, oui, comme partout. Du chômage, fin du privilège pour certains de pouvoir continuer à gagner de l’argent non mérité... On a trop cru en la valeur travail, comme quoi il suffisait de faire un travail pour gagner de l’argent alors qu’il faut avec force revenir vers la valeur service: c’est en rendant un service que l’on gagne de l’argent; et non en ayant un statut sur le dos des moutontribuables.

Lu sur Tahiti Tomorrow

Phil a dit…

Dans un article de la revue DIXIT 2010 consacré au service public, un chef de service déclare (sous le sceau de l’anonymat, bien sûr) : « les ressources humaines dont nous disposons sont composées de 20 % qui tirent la charrette, 50 % qui font leur travail et rien de plus et les 30 % restants sont des tir au flanc : ces derniers pèsent très lourdement sur le système ».
Lu sur Tahiti Punu News.

Enregistrer un commentaire