lundi 4 avril 2011

La classe productive s'apprête à frapper un grand coup

Ceux qui rament, et ceux qui sabotent...


  Alors que la classe politique continue de détruire chaque semaine un peu plus notre économie, employeurs et salariés excédés préparent une action commune d'envergure.
Les signataires de l’ « ultimatum social et économique » du 30 mars 2011, se réunissent le mardi 5 avril 2011 à 17h00 dans les locaux du CESC pour décider des actions à mettre en œuvre, de leurs modalités, leur organisation, et leur calendrier.



Rappel de l'ultimatum des syndicats et leurs exigences:


Nous exigeons des représentants et du gouvernement, de quelque bord qu’il soit :
- De trouver sous 15 jours (d'ici au 14 avril) les financements au budget 2011, y compris celui de la Protection sociale généralisée,
- De proposer sous deux mois (d'ici fin mai) un projet de société capable de redresser durablement notre économie.
A défaut de prendre en compte nos exigences dans ces délais, l’ensemble des signataires empêchera le fonctionnement des institutions par tout moyen à sa disposition jusqu’à obtenir des solutions à leurs revendications légitimes pour sauver notre pays.


Certains chefs d'entreprises regroupés en "collectif des professionnels" seraient partisans de "cesser immédiatement le paiement de la TVA (pas un franc au 15 avril); à ne pas régler les premiers tiers d'IT et d'IS et d'arrêter tous les paiements à la CPS.
Ces professionnels proposent aussi de "bloquer l'accès à l'Assemblée et à la présidence sans attendre" la fin de l'ultimatum. "Et ce jusqu'à ce que la France constate le blocage des institutions et provoquent des élections."


Espérons que les syndicalistes ne lâcheront pas l'affaire en échange de quelques faveurs, et feront mentir la rumeur qui court à ce sujet (voir Tahiti Tomorrow).

2 commentaires:

Phil a dit…

Lamomie a dit: Plusieurs membres du mouvement force vives , envisage d’admettre un représentant des internautes au sein de leur état major. Lu sur TTomorrow

Phil a dit…

La réunion a eu lieu comme prévu mardi au CESC. Et depuis silence radio. Plus de son, plus d'image. Aucun communiqué des syndicats... Le pétard a fait pchit ???

Enregistrer un commentaire